Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Mercredi 16 janvier 3 16 /01 /Jan 22:51
Je la regardais parler. J'arrivais pas à décrocher de son visage, en fait je n'avais même pas regardé ses formes ni son cul. Le cul je le regarde toujours en premier pourtant.
Je la regardais. Dès que je l'avais vue à dix mètres de moi sur le quai du métro, je n'avais plus décroché. "T'es belle". J'avais même pas dit bonjour.

On s'est posé au café, à l'étage, il n'y avait personne. Elle a pris un thé et moi un monaco. Et on a parlé. De tout. De tout ce qu'on avait déjà dit sur msn. On se dirige vers le même métier, elle aime terriblement les filles, elle se prend jamais la tête.

Elle avait l'air d'avoir des petits seins.

Son mec accepte entièrement qu'elle voit des filles, de même qu'elle accepte qu'il aille voir ailleurs, elle ne voit pas pourquoi il la quitterait pour une autre. Ils ont toujours vécu au jour le jour. C'était même pas fait pour durer, elle était sortie avec lui comme ça, car elle s'emmerdait.
Et s'il la quittait, bin c'était la vie. Bien sûr qu'elle serait triste, qu'elle aurait la rage. Mais je crois que c'est une fille qui va de l'avant, toujours, et en toute circonstance.
Et ils étaient fidèles, sûrement bien plus que la plupart des couples. Fidèles oui. C'est une conception très personnelle, chacun peut avoir sa définition. Tout simplement car lorsqu'ils s'amusaient ailleurs chacun était au courant, et l'assumait.

Elle m'intriguait bien plus. Les pulsions ont commencé à battre dans ma poitrine. Ce calme autour de nous. Notre euphorie. Sa bouche.
On a parlé de mon piercing. C'est un truc qui lui faisait peur, elle commencerait par celui au nombril.
J'ai regardé ses seins. J'ai regardé son visage. On s'est levée pour partir, je lui ai demandé si je pouvais, je l'ai embrassée.
Et j'ai eu chaud.

Quand nous sommes allées aux toilettes j'ai eu chaud, quand nous nous sommes embrassées et collées devant la glace j'ai eu chaud, quand nous sommes sorties dans les rues noires de monde dans la furie des soldes, j'ai eu chaud. Je lui ai pris les cheveux, pris sa bouche, je voulais pas la lui rendre. Caressé ses boucles. On a pris l'escalator pour descendre au métro, elle a passé sa main à ma taille pour que je passe devant elle. Chaud.
Sur le quai, devant le rer A. Une dernière fois.
Je suis partie de mon côté.

Je sentais mes joues rouges de sang. Je voulais lui faire l'amour. La baiser. Les hommes me regardaient dans la rame, je montrais trop mes cuisses, j'écartais trop les jambes.
Arrivée chez moi je me suis assise. Coupée de mon entourage. Une chose importait alors. Ma chatte. Les pulsions se sont lâchées dans un dévalement de spasmes.
J'ai joui.
Par Paquette - Publié dans : Ma fleur
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus