Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Mercredi 21 novembre 3 21 /11 /Nov 16:25
Je voulais le voir, nous avions prévu de manger ensemble à midi. Grâce aux grèves, je terminais les cours à dix heures; quelques changements par téléphone, et il vint me chercher au bout de la rue.

Prévoyant le coup, je le rejoignis en juppe courte et bottes. Je nous dirigeai vers le restaurant, mon lieu de travail du samedi soir. Présentations faîtes, repas apprécié, chauffement d'esprits par frottements de jambes. Après les compliments de la patronne sur mon choix, et l'apologie du chef à mon sujet, nous prîmes la voiture vers le centre ville, et il me déposa au distributeur de la pharmacie. J'y insérai deux euros, tirai le levier, saisis le paquet de condoms, et m'en retournai vers le Directeur. Une rangée de flics se tenait derrière moi et quand je passai près d'eux, on me lança un "bonne journée". Que je pris avec faction.

Trois quart d'heures de tours en rond, de visite d'impasses et rues égarées. De parkings sous-terrains et dédales obscurs. Je baissai le pare-soleil et inclinai la glace, me touchai la féminité et me mattais. Il m'embrassa, me tira les cheveux et m'abaissa la tête pour une pipe exaltante.
Une maison avait les volets clos, le portillon ouvert. Il m'emmena dans le jardin, et m'entraîna à l'accès du garage. Tout m'excitait. A travers les sapins, la porte d'entrée des voisins se distinguait ostensiblement.
Je mis les mains contre le crépi il souleva ma juppe. Le plaisir monta et me transcenda, je criai et restai prostrée.

Il n'était plus là. Je l'entendis chuchoter à cinq mètres de moi de venir et me taire. La voiture du propriétaire s'était collé à l'Audi.
Il se redressa avec style, me prit la main, sortit du jardin et regarda en l'air, vers les collines et le bois. Il me montra du doigt une chose imaginaire, pris l'air dégagé et ingénu, et se dirigea sereinement vers sa voiture. L'homme du logis nous observait mais je n'osai soutenir son regard.
Nous claquâmes les portes, il mit le contact, et fit brûler les pneus sur le bitume. Nous étions partis.
Par Paquette - Publié dans : Sur les routes du sexe
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus