Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Mercredi 1 août 3 01 /08 /Août 00:16
Aujourd'hui je fête mon année de dépucelage. Hier j'ai acheté ma caméra, je pense que c'est le plus beau cadeau que j'aurai pu me faire. Mes idées de porno amateur prennent forme.
Objectif numéro1: m'éclater.
Objectif numéro 2: montrer.
On peut éventuellement rajouter un Objectif numéro3: exciter, mais il est sous-entendu dans le numéro 2.

J'ai passé la nuit avec mes copines. J'ai pleuré quand j'ai vu Laika car ça faisait trois mois qu'elle était loin de nous et que je pensais pas la revoir avant septembre. C'était tellement inespéré que le choc a été violent. Je revenais avec mon camescope tout neuf et je l'ai laissé tomber à terre dans sa belle boîte pour la regarder, comme un extra-terrestre.

Fiona, Tulippe Laïka et moi avons prévu une petite soirée whisky-clope. Elles se sont toutes mises à fumer en six mois.
Nous avons appris de belles choses, certaines que je connaissais déjà.

Fiona a sucé son ex dans un parc pour la première fois de sa vie et s'est essayée à la sodomie dans la cuisine d'un copain. Elle est tout-à-fait d'accord avec moi: ça ne fait pas mal, et on fait des montagnes pour un rien. Elle préfère même le plaisir anal à celui vaginal. Elle qui m'avait regardée horrifiée quand je lui avais parlé de ma sodo... elle en rigole.
Pour le coup Tulippe veut se dépuceler du cul avant de se dépuceler la chatte. Vous pensez que j'ai une mauvaise influence sur elles?

Tulippe a enfin cédé aux avances d'un italien de 28 ans qui est amoureux d'elle depuis quatre ans. Quatre ans qu'elle me saoûlait avec son bonhomme trop "vieux". Elle lui a taillé une pipe il y'a trois jours et a aussi beaucoup aimé cette expérience. Elle certifie que l'on se voit grandir avec les relations sexuelles. Effectivement ce sont tous des passages importants dans nos vies. La découverte du corps et de ses plaisirs.
Ce blog existe rien que pour ça d'ailleurs.

Nous en sommes venues à parler de masturbation. Laîka venait d'avouer n'avoir jamais été léchée, et pour combler ce manque j'ai profité d'un moment d'intimité entre nous deux pour lui proposer de lui faire découvrir ce bonheur. Me regardant d'un oeil gourmand et réservé, j'ai pris ses lèvres avec ma bouche et l'ai embrassée. Cet acte a eu effet de me faire mouiller à grande dose. Fiona est revenue et nous avons alors discuté branlette.
J'avais envie de me toucher alors je leur ai demandé si je pouvais. Leurs regards amusés ne m'ont pas fait hésiter une seconde, j'ai écarté les cuisses, me suis enfoncée dans le canapé et me suis frotté l'entre-jambe. Par-dessus le jean au début, puis sous le string, les jambes nues, à la fin. Le plus naturellement du monde.

Pendant ce temps nos langues se déliaient. Laïka se touche de temps à autres, et se concentre sur le plaisir physique ressenti. Fiona par contre a besoin de penser à quelqu'un.

Fiona se touche depuis le cp et n'avait jamais osé l'avouer précédemment. Je savais bien qu'on ne pouvait pas ne s'être jamais touchée et n'avoir jamais ressenti ce besoin, ce qu'elle affirmait pourtant. Elle se révèle finalement plus coquine que nous toutes.
Une copine à l'époque lui a dit de se frotter avec le papier-toilette car ça faisait du bien. Depuis c'est épisodique, mais toujours avec un objet, jamais ses doigts. Elle a un stylo à portée de main sur sa table de nuit.
Elle ne s'en sert que sur les contacts extérieurs de son sexe (lèvres, clito), et pas intérieur car cela ne lui fait rien.

Tulippe elle, le fait de temps en temps en pensant à des mecs. Tabous à plat.

Puis nous avons enchaîné sur nos problèmes personnels. C'est génial de découvrir toujours de nouveaux traits de caractère de ses amies au bout de trois ans. Que ce soit blessures d'enfance ou pratiques sexuelles.
Les blessures d'enfance ont pris le pas sur la sexualité. Je ne sais pas pour elle, mais j'ai ressenti beaucoup d'amour à les écouter, j'ai même arraché une petite larme discrètement. Le temps du sexe étant fini, je n'ai plus pensé à lécher Laïka.

Je me suis endormie en les écoutant vers les 3h du mat'.

Je pousse loin les extrêmes. C'est un besoin pour moi de tendre ma sexualité à l'opposée exacte de mon éducation, et de l'éducation sociale. Je parle bien d'éducation sociale; il y'a encore trop de tabous à lever, bien qu'on croit la société libertine. Elle ne l'est pas, seulement en apparence. On parle de sexe à la télé, à la radio, mais dans les chaumières résident encore mille secrets.
Fiona a été éduquée assez librement. Mots grossiers dès sa plus tendre enfance, et on lui demandait quand elle ramènerait un copain à 13 ans.
Et pourtant elle n'avait jamais eu le courage de dire qu'elle se touchait depuis le cp. Quand elle a découvert dans un magazine que Britney Spears le faisait aussi, elle s'est sentie normale, mais de le faire depuis si longtemps, la bloquait.

Je pousse loin les extrêmes, c'est un moyen pour moi de rendre "normal" aux yeux des gens qui me fréquentent, ce qui paraît inconcevable/immoral/tabou. Plus je vais loin, moins les petits travers sont des travers.
Je trace le chemin, les routes du sexe.
Par Paquette - Publié dans : Quand mes copines s'en mêlent
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus