Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Mardi 1 mai 2 01 /05 /Mai 13:50
J'en suis la première victime. My God.

Pour fêter ce jour ferié, les copines ont mis sur pied une pyj-party. Ca consiste à se retrouver entre filles, rigoler de tout et de rien, se raconter les derniers râgots, nos dernières expériences, parler de mecs, bouffer des gâteaux ou des bonbons. Notre spécialité à nous c'est d'arroser la soirée.

Vodka et Malibu Coco étaient de la partie, au milieu des pizzas et des cornets de glace. Nous sommes allées dans le parc à côté, nous fourrer au milieu des buissons afin d'être plus tranquilles, et surtout nous cacher du gardien. Il a fait son dernier tour en mobylette, et nous nous serrions de peur, l'excitation nous gagnait. Puis il est parti et a fermé les grilles. Nous avions un parc entier pour nous cinq: Fiona, Laïka, Tulippe, Sibelle et moi-même.

Quand les lumières se sont éteintes, nous avons commencé à picoler, à dégringoler de la butte, à courir se réfugier les bouteilles à la main car un bruit suspect se faisait entendre. Eclats de rire, j'ai failli bouffer la terre pour ces conneries.

Nous sommes sorties définitivement de notre trou et nous nous sommes installées sur le banc. Nous avons appellé notre fantôme Mélinda. La pauvre. Elle a dépensé 20 min de forfaits pour ses anciennes copines qui se foutaient de sa gueule.
Et elle n'a même pas baisé avec son mec pour lequel nous nous sommes séparées. Un an qu'ils s'isolent ensemble. Elle est la plus vieille de nous toutes, bientôt 18 ans, mais naîve, nunuche, trop gentille.

Elle a deviné que celles qui avaient fait l'amour sont Fiona et moi, curieux.

Les unes sont parties faire de la balançoire s'envoyer en l'air, les autres se sont draguées pour vraiment s'envoyer en l'air, et y'en a qui se sont concertées la bouteille à la main, dans la maison de poupée. Raconter qu'elles se sont envoyées en l'air.

Je délectais de ces moments mêlés d'euphorie, de liberté, de folie, de complicité et d'intimité. Et je buvais. Beaucoup, beaucoup, beaucoup. Ca a commencé à se voir quand j'ai fait part à Laîka de mon envie de faire un jour l'amour avec une fille. Elle s'est accordée à m'avouer la même chose. Nous nous sommes regardées.

-Je peux te smacker?
-Attends j'suis pas assez bourrée.

J'ai pris sa tête dans mes mains et mes lèvres se sont posées doucement sur les siennes.

Une heure plus tard j'ai embrassé toutes les copines. Ca a été une première pour Sibelle, qui n'était pas là à notre dernière soirée vodka. J'ai aimé sa bouche toute fine, elle embrasse très bien.

J'ai dépassé mon record de connerie...

Avez-vous déjà embrassé vos potes pendant qu'elles faisaient pipi? Moi si. Fiona avait le pantalon baissé et elle crisait car tout ce monde autour d'elle la stressait et l'empêchait de penser à moi (dans notre langage: se vider). C'était la dernière à embrasser, je l'ai pas laissée tomber. Tulippe et Fiona accroupie, s'accoudaient et se supportaient, smack, smack. A mettre dans les annales.

-T'as eu tord de me chauffer comme ça Paquette, j'aime les filles, maintenant j'ai envie de toi, me chuchotte Laïka.
-Oui mais j'ai plein de poils, faut que l'esthéticienne repasse.
-Moi aussi, mais on s'en fout, t'es bourrée.

Mythique.

Je baiserai jamais avec toi, a protesté le petit bout de chou de Fiona. Mince, en voulant embrasser mon namoureuseuuh je lui ai donné un coup de nez. J'suis foutue, j'ai plus aucune chance.

Laïka m'a soutenu qu'elle pourrait sans problème tromper son mec avec moi.
-Tu comprends, pour moi une fille c'est pas tromper. Et faire l'amour avec pour la première fois ça m'apprendrai, et je serai moins stressée avec mon homme.
Il y'en a qui veulent des expériences avec des filles pour les nouveaux horizons que ça découvre, y'en a d'autres c'est pour apprendre.
-Tu vois, avec les copines j'ai pas de complexe, j'me sens bien avec vous.

Sibelle a couru vers le terrain de rugby, soif de liberté et d'espace vert. Le vent sifflait dans ses oreilles, les cheveux au vent, et le coeur jaillissait, bondissait hors de sa poitrine. Elle s'est croûtée.

A 1h nous avons décidé de rentrer chez Sibelle. J'ai promis à Fiona qu'étant en état de sobriété important, et revenant dans la jungle des rues, il suffirait qu'elle dise un mot et je l'écouterai; j'ai toute confiance en elle. Elle a commencé par me demander de crier moins fort.

J'ai jamais escaladé des grilles aussi facilement - en même temps c'était la première fois que je faisais le mur. Ca devrait pas se faire des barrières comme ça, ça incite à recommencer. Nous nous sommes arrêtées sur le parvis de l'église. Une envie de prière.
Laîka s'est allongée sur le banc et a fumé une clope, les autres ont suivi. Elles fument seulement dans ces occasions; j'ai été la seule à refuser.
Elle a pas tardé à se sentir très mal, et elle a vomi.
-Ecarte les jambes! Ecarte!
-J'y arrive pas! (on l'entendait penser tout haut)
-Hey Tulippe, aide-moi à lui écarter les cuisses.

Pour détendre l'atmosphère, et surtout parce que la caméra était allumée, je me suis hissée sur un banc avec l'envie d'un effeuillage.
-Hey déconne pas Paquette, y'a les flics qui sont déjà passés en voiture tout à l'heure, y'a des passants...

J'ai commencé à me trémousser. Comme une pute, me suis-je dit ce matin en regardant la vidéo. Il paraît que je danse toujours comme ça m'a répondu Fiona.
Et j'ai chanteé Yelle.

Je veux te voir
Dans un film pornographique
En action avec ta bite
Forme patatoes ou bien frites
Pour tout savoir
Sur ton anatomie
Sur ton cousin Teki
Et vos accessoires fetiches
[...]
Tu es tout nu

Sous ton tablier
Pret a degainer
[...]

Niveau avancé de parole, comme vous pouvez le constater. C'est tout moi.

Nous avons fini par rentrer dans l'appartement, Fiona répétait inlassablement toute la soirée "J'ai besoin d'un mec, les filles". C'est horrible, quand elle boit (un peu), elle le répète encore plus.

Nous avons traîné Laîka qui voulait dormir par terre. Un bras sur mes épaules, un autre sur celui de Tulippe. Je lui répétais que je l'aimais, que non, nous ne lui en voulions pas, et qu'on était bientôt arrivées. Nous l'avons couchée avec un saladier dans la main. Première fois que je fais ça, je rentre dans le monde adulte des copains cuités.

Tulippe a dû rééxpliquer à Sibelle que des flics étaient passés, cette dernière était atteinte d'Alzheimer. Ah booon? Nous regardait-elle avec des yeux tout grands remplis de naîveté.
On va se raser les dents, les filles. Nous nous sommes regardées avec Tulippe et nous avons explosé de rire.

Pendant ce temps l'une de nous faisait le point: "J'avais rien dans la tête qu'une grosse bite ".

Nous nous sommes endormies à 3h du matin, complètement givrées. Le réveil s'est fait à cause de Tulippe qui n'arrêtait pas de faire des aller-retours aux toilettes, à 8h du matin. Nous avons fini par la retrouver dans le lit avec Laïka.

Nous avons regardé la vidéo. A chaque fois qu'on me voit j'embrasse une fille. Ou je tente.


***

Toute la soirée je me demandais qu'elle était ma particularité quand je bois. Chacun se démarque par un truc, y'en a qui philosophent comme mon frère et qui disent des choses vachement intelligentes, y'en a qui badent, y'en a qui retrouvent leur jeunesse de 5 ans, comme Sibelle. Suffirait à peine qu'elle sorte un areuh areuh.

Fiona m' a donné la réponse ce matin.
-Paquette, toi qui es déjà perverse, quand tu bois, t'es une obsédée sexuelle, même pire. Tu ne parles QUE de ça, impossible de te brancher sur autre chose. Tu la ramènes tout le temps sur la bite. Tu ne penses qu'à baiser, et tu nous harcèles.
TU NOUS PERVERTIS!
-Aaah! c'est pour ça qu'hier tu m'as demandé pourquoi je parlais que de ça?

Je n'avais pas compris. Pour moi quand on boit, c'est pour parler de cul. C'est pas drôle sans ça.

J'vais devoir faire une cure, je me rends compte que je suis grave. Y'a pas que le sexe dans la vie.

Et promis-juré, je boirai jamais sans mes copines à côté pour me servir de garde-fou. Je suis capable de baiser avec n'importe qui. Même un moche boutonneux à lunettes. Berk.
Par Paquette - Publié dans : Quand mes copines s'en mêlent
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus