Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Vendredi 20 avril 5 20 /04 /Avr 23:20
Quand on est enfant on entend parler du sexe petit à petit, puis un jour on l'exécute petit à petit. Mais je me souviens qu'avant d'en avoir entendu parler, pipi-caca c'était mal et que justement ça m'excitait.

Je me souviens qu'en seconde section de maternelle nous nous étions mis dans un coin avec les copains, bras dessus-bras dessous, en formant un cercle serré. Le mec blond dont nous étions toutes amoureuses faisait le guet si la maîtresse arrivait, et interdisait au mec que tout le monde détestait de venir nous déranger. Je me souviens encore de sa tête.
Et on se montrait nos fesses. C'était à mon tour de baisser ma culotte et nous rigolions tous de cet interdit. D'ailleurs les robes étaient pratiques pour ça.

Une fois avec une copine, voisine de ma rue (je la croise encore de temps en temps...), nous avions voulu faire comme papa-maman. Au milieu du couloir, à la récrée, nous avions tiré nos langues et nous nous les étions touchées. Je me souviens encore de l'effet surprenant que ça avait été. Quelque chose d'étrange. Nous nous étions écartées vivement en rigolant.

Quand j'étais petite j'avais des fantasmes de grande et comme tout paraissait normal dans ma naïveté, je continuais à rêver de choses qui semblaient interdites, parce que c'était pipi-caca. Mais comme je n'en avais jamais parlé, on ne m'avait jamais interdit de penser à ça.
Je pensais à mon sexe, mais comme je connaissais pas le sexe, c'était juste pour moi les petites fesses, ou la zézette. Bon quelquechose de mal quoi, mais ça vous l'aurez compris.
On me mattait la nénette, un peu comme un viol, où on me forcait mais en même temps j'aimais. Il me semble que c'était un homme. Euh... on appelle ça comment le contraire de la pédophilie? Je m'imaginais qu'on me regardait quand je faisais pipi, et plein de trucs comme ça aussi. Même qu'à l'époque je portais encore des couches pour la nuit, j'avais moins de 4 ans.

Puis un jour j'ai déménagé, à 100m de ma petite maison d'enfance où y'avait plein de méchants dans le salon la nuit, qui m'empêchaient d'aller faire pipi.
Dans ma nouvelle maison j'avais peur dans ma nouvelle chambre avec ma nouvelle soeur, car je pensais qu'il y' avait des crocodiles et plein de méchants avec de grands couteaux, prêts à me scalper les cheveux (alors la nuit non plus j'allais plus faire pipi, j'avais peur de me faire manger les pieds).

Puis avec ma soeur un jour j'ai décidé de jouer à un jeu. J'étais assise sur le bord du trottoir et je me faisais enlever par elle, méchant garçon qui en voulait à ma nénette.
Nous sommes allés sur le côté dans le jardin, je me suis allongée par terre, baissé la culotte et mis des cailloux dans mes fesses. Ah que j'ai honte, c'est la première fois que je raconte ça.
Là je me suis endormie, assomée par le méchant garçon (ma soeur m'avait depuis belle lurette laissée tombée), et je me suis réveillée par les bruits de pas de mon grand frère. J'ai alors rabattu ma jupe sur mes fesses à l'air, et j'ai toujours cru qu'il m'avait vu dans cette position étrange.
Quand il est parti, j'ai voulu enlever les cailloux et je les ai jamais retrouvés. J'ai pensé que mes fesses les avaient avalés, comme un suppositoire. Ma soeur ne les avait pas vu courir pour s'échapper.

J'ai atteint l'âge de raison et j'ai fait un grosse censure là-dessus, jusqu'à ce que je me rappelle de tout ça il y'a trois ans (et que j'ai redécouvert le sexe).

A 9 ans j'ai les nénés qui ont commencé à pousser, en même temps que j'ai commencé à avoir des pertes blanches. Je me croyais anormale, et comme pipi-caca c'était mal, j'en ai jamais parlé à ma mère. Je mettais du papier toilette, jusqu'à ce que je découvre les protège-slips. Là j'ai compris que c'était normal.

A 10 ans j'ai eu la honte de ma vie. Bigleuse comme un pot, à la piscine, je ne voyais rien.  En voulant demander un truc à mon frère qui était dans l'eau, je me suis adressée à un parfait inconnu qui m'a regardée trop bizarre. J'ai baissé les yeux et vu que mon haut de maillot de bain (ah ce qu'il était laid) était descendu et laissait voir mon sein gauche. A cette époque là je faisais du 75 A. J'ai plongé pour me cacher et j'ai frisé l'asphyxie.

Le même été, me suis fait draguer à la piscine pour la première fois par deux mecs trop moches et gros. Ils avaient envoyé la soeur de l'un d'eux pour devenir ma copine. J'ai cru au début qu'ils s'étaient trompé de fille.
Puis en sortant du bassin ils m'ont appelé pour que je les rejoigne et comme j'avais décidé que j'allais dans un autre bassin, j'ai refusé. Non mais c'est qui ces deux là? Moi je fais ce que je veux d'habord.
On ne m'a plus draguée avant mes 13 ans. Ou alors je me trouvais tellement moche et nulle avec mes grosses lunettes que je le voyais pas.

A 10 ans, un jour, j'ai accompagné ma mère chez une vieille dame et comme j'avais rien à faire je fouillais dans le salon... J'ai trouvé une 10e de livres érotiques, avec de plantureuses nanas aux seins découverts, sur la couverture. J'adorais la lecture, et j'adorais lire ces petits passages. Il se passait des choses exaltantes avec un homme et cela me donnait très très chaud. Ca me fourmillait même à l'intérieur. Il y'avait plein de mots que je ne connaissais pas. "Paqueeeeette!" j'ai sursauté, prise en flagrand délit et je suis allée rejoindre ma mère.
J'ai commencé à penser aux garçons, et aux bisous.

En attendant la rentrée en 6e, un beau jour d'août, j'ai eu mes règles en allant faire pipi (décidément j'aime ça!). J'ai explosé de joie quand ma mère est rentrée des courses et je le lui ai glissé à l'oreille.
Trop longtemps que j'attendais d'être une petite femme, et surtout surtout, qu'on me perce les oreilles. Comme promis on me les a percées et j'ai cru m'évanouir.

J'ai cru que j'étais une femme et je me souviens même qu'on m'avait acheté des sandales avec des talons de 5 cm. Des vraies, pas celles pour s'amuser que je mettais à 10 ans.
J'allais enfin être importante, et mieux que les autres. Car j'avais eu mes règles avant toutes les autres.
Et aujourd'hui encore, je suis la seule dans mon entourage à les avoir voulues, espérées, suppliées, et à être fière de les avoir eues. Je peux vous dire que j'ai tout de suite mis mon entourage au courant: tata, tonton...

A 13 ans j'ai scotché un mec pendant de longues minutes, il avait la bouche ouverte, il était tout rouge, et il était laid. Mais j'ai commencé à croire que j'étais pas si moche que ça. Je me suis fait draguer par beaucoup tout l'été.

A 14 ans, on m'a dit qu'il me trouvait mignonne, ce 14 juillet au soir. Il marchait loin derrière les autres, je l'ai attendu, il m'a tendu la main, et je l'ai prise.
Par Paquette - Publié dans : Ma fleur
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus