Plaisirs

  • Si vous voulez savoir tout le croustillant de mon intimité, effeuillez-donc Ma Fleur
  • Si vous voulez cerner mon caractère, lire mes reflexions c'est dans Paquette.

W3C

  • Flux RSS des articles
Vendredi 16 mars 5 16 /03 /Mars 17:04
Trois jours après avoir eu ma première relation avec Orgasman, je n'ai pu me retenir de crier ma joie au téléphonne . Et dans un élan d'excitation j'ai aussi fait part de mon adoration certaine pour la situation, car le lendemain j'allais passer une soirée très close avec 3 copains. Un me plaisait vraiment beaucoup... et je rêvais de pouvoir le découvrir un peu plus.

Je n'ai pu m'empêcher de révéler pas mal de détails très mal placés. En effet ma mère est passée par là. Derrière ma porte. L'oreille en feu.

Je ne m'étais jamais imaginée quelle serait la réaction de ma mère en apprenant que j'aie fait l'amour avant le mariage, étant issue d'une famille très catholique pratiquante. Pour moi cela était tout bonnement inconcevable et il m'arrivait d'en rigoler à la tête qu'elle pourrait faire... car cela me paraissait trop drôle pour être vrai.

Le lendemain elle a profité de mon absence pour violer mon intimité en fouillant dans mes placards. Elle a trouvé sous les petites culottes une dizaine de capote, 2 boîtes de pillule du lendemain dont une consommée, et une bouteille de manzana presque vide.
Je faisais trop confiance en ma famille pour jeter des preuves, ou bien verrouiller ma boîte à trésors.

Elle m'a reçue le soir le regard plein d'horreur et le corps menaçant. L'air était chargé d'éclairs et d'un gouffre noir puant la catastrophe et ma mort prochaine.
Sur le moment je n'ai pas compris. Elle a ouvert mes tiroirs et ma seule réaction a été "meerde! elle a découvert ma bouteille, elle va croire que je la bois en douce chaque soir et que je sombre dans l'alcoolisme comme mon frère..." Rien de tout ça. Elle n'a même pas mentionné l'alcool.

Je n'ai retenu que le geste. Ouvrir mon tiroir. Et pendant qu'elle m'affligeait de tous les noms aussi horribles que meurtriers, mon esprit s'est perdu dans le gouffre d'une mort psychologique en crise d'identité...
Salope, pute, je n'avais plus qu'à aller faire le trottoir. Puis un portrait de famille qui m'a fait pleurer. Ma tante a avorté à mon âge, les autres n'ont connu que des histoires de tromperie et sont meurtries, et ma mère changeait de trottoir à 13 ans quand elle rencontrait un homme, une peur incontrôlable du sexe fort lui ayant pourri la vie pendant des années.

Le lendemain je ne savais plus qui j'étais, quel était le but de ma vie, s'il fallait me laisser tomber en moto ou bien m'enfuir de la maison. Cours après cours je tremblais, je subissais des enfers de chaleur, des guerres psychologiques et des crises d'identité. En plein contrôle, n'en tenant plus, je suis sortie en trébuchant vers la sortie.
Ma mère est tout pour moi et sa parole est la pire de toute. Elle m'a achevé le temps d'une journée. Je me voyais déjà frigide, n'osant plus approcher les mecs, parler de sexe à vie et me laisser mourir d'une mort lente dans la solitude d'une souffrance interne: la dépression. Je me suis sentie mal comme à l'époque de mes blessures d'enfance, et toutes mes angoisses sous-terraines ont rejaillit inexorablement.

Le soir, j'ai eu un éclair d'espoir, et je lui ai écrit une lettre de deux pages recto-verso. Lui démontrant par a+b que j'étais une fille digne. J'avais pris l'immense décision de faire ma vie avec, ou sans elle. Et je lui ai fait un reproche lourd de sens et de responsabilité: la violation de ma chambre. Violation de mon âme. Détresse. Mort d'une adolescente en pleine recherche de soi, du bien vers le mal.

On n'en a pas reparlé, mais le lendemain elle m'a sourit. Aujourd'hui je lui reparle comme avant et des fois des regards noirs fusent. Mais je recommence à lui faire confiance. Et elle de même.

La parole est la clé de tous les maux. Verbale, écrite, ou gestuelle.
Et le tiroir à culottes est une bien mauvaise cachette.
Par Paquette - Publié dans : Ma fleur
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus